top of page

Aubin alias Prince K-Mer, rappe sa foi

Dernière mise à jour : 19 janv. 2023


Kamusta bouillant(e) pour le CHRIST ! Que la joie du SEIGNEUR soit ta force ! Dans son livre Redéfinir Louange Adoration Culte, le Pasteur et Chantre Athoms Mbuama a écrit " Louange n'est pas synonyme de musique dansante et adoration n'est pas égale à cantique langoureux." En soit, tout artiste chrétien n'est pas chantre et tout chantre n'est pas chanteur. Au-delà de la mélodie, sonde le message. La semaine dernière, j'ai rencontré le fiancé de la ravissante Amandine : Aubin, alias Prince K-Mer.


" Je célébrerai l'ETERNEL à pleine voix, et je Le glorifierai parmi les foules nombreuses" (Psaumes 109:30).

** Bonjour Aubin, pourrais-tu nous dire qui tu es ?


Bonjour Simone-Christelle, je me prénomme Aubin, nom d'artiste "Prince K-mer". Fils de DIEU, né de nouveau en 2000. Je suis chef de projet en télécom. Je rappe, mais plus généralement je fais de la musique urbaine. J'ai commencé il y a une dizaine d'années (douze ans précisément) au Cameroun (mon pays) et arrivé en France pour poursuivre mes études, j'ai continué.


** Pourquoi "Prince K-Mer" ?

Un dimanche, durant un culte mon Pasteur parlait d'identité. Entre autres "Fils" et "Prince". DIEU étant Roi, nous ses fils sommes des Princes. "K-mer" en référence en mon pays le Cameroun.


** Comment t'as rencontré le SEIGNEUR ?

Ma mère et la communion fraternelle. Ma mère s'est convertie la première : nouvelle naissance et baptême du SAINT-ESPRIT. Mon père continuait d'aller à l'église catholique, mais elle nous amenait avec elle dans les églises de réveil. Un jour, j'ai simplement décidé de suivre JÉSUS.


** Comment t'as commencé à faire du rap ?

Je ne m'intéressais pas au rap à mes débuts. Deux amis estimaient que j'avais un beau timbre de voix et m'ont invité à intégrer leur groupe. Je n'étais pas très convaincu. Face à leur insistance, j'ai intégré le groupe, plus pour apprendre à chanter qu'autre chose. Puis, ils ont eu l'idée d'ajouter quelques passages de rap dans certaines chansons. Le groupe se rajeunissait. On m'a demandé d'essayer de rapper et c'est comme ça que j'ai commencé.


** Comment as-tu commencé en France ?

Je bénis vraiment le SEIGNEUR pour ma mère et ces connexions. Je ne venais pas en France avec l'idée de poursuivre le rap. Il a placé les bonnes personnes autours de moi. Ils m'ont aidé à entretenir le don. Ils m'ont donné des logiciels, du matériel, de la musique. Ma toute première invitation à un concert s'est faite grâce à eux. Quelqu'un a parlé de moi, à quelqu'un qui était cousin de quelqu'un.


**Eh ben dis donc, tes amis sont des dénicheurs de talent. La preuve que c'est souvent au travers des autres que le SAINT-ESPRIT nous révèle nos talents. La réaction de ton entourage ?

Aucune remarque négative de mes parents. Je poursuivais mes études et je n’employais pas des expressions grossières. Ça n'a pas empêché plusieurs de venir en missions de dissuasion. Disant que le rap n'est pas une musique pour DIEU. Ils Y en avaient qui venaient nous "évangéliser" à la sortie des concerts. Nous parlions de DIEU dans nos chansons, mais ils n'écoutaient pas.


**On va dire que la mauvaise réputation du rap précède les rappeurs(ses) et nourrit les préjugés sur ceux qui les écoutent. Adolescente, il m'arrivait d'écouter du rap tout en étant bonne élève, parlant très bien français. Je n’écoutais pas n'importe quoi parce que ma mère ne le permettait pas. Mais, j'ai toujours pensé que le rap est un style d'expression avant d'être un genre musical.


** Je vais énoncer des phrases tirées de tes chants, et je te propose de les commenter.


>> "Pour moi, c'est un style de vie, ce n'est pas juste un petit rituel."

Ici, je parle de la prière. Elle n'est pas un rituel réservé pour une occasion particulière, mais plutôt un acte de tout instant. C'est avant tout, une façon de communiquer avec DIEU, peu importe le moment.


>> "Silence ... C'est sa douleur qu'elle souhaite maquiller."

Jusqu'ici, Silence est le titre qui m'a le plus marqué. C'est l'histoire d'une jeune fille qui a été abusée par son père. En lisant les retours de ceux qui ont écouté le titre, j'ai réalisé que ce genre d'histoires est plus fréquent qu'on ne l'imagine. Il nous est malheureusement très facile de juger et d'accuser les gens sans connaître leur histoire.



>> "Tes bénédictions seront plus grandes que tes épreuves."

C'est une phrase d'encouragement que je donne à l'auditeur (moi en premier). Une manière de rappeler que chaque épreuve nous permet de grandir et d'en ressortir plus fort. Donc, un encouragement à tenir ferme malgré ce qu'on peut traverser de difficile et ne pas abandonner.


** Sers-tu dans ton église locale ?

Oui, mais pas à la louange. Je sers au ministère de la Jeunesse. Je donne des cours de soutiens scolaires.


** Comment es-tu devenu ambassadeur du SEL ?

Le SEL est une association protestante de solidarité internationale. L'association fête ses 40 ans cette année. J'aime particulièrement leur manière de faire. Ils travaillent avec des associations déjà existantes dans les pays où ils interviennent et souhaitent intervenir, en vue de leur permettre de mieux faire ce qu'ils font déjà. On sait ce qu'ils font et où vont les dons.


** Que dirais-tu à une personne qui se sent "trop sale" pour JÉSUS ?

On n’est jamais trop sale pour JÉSUS.


** Ton conseil à ceux qui souhaitent de lancer dans la musique ou des projets artistiques ?

Jaugez vos motivations. Ne faites pas de la musique pour être célèbre. Surtout si vous choisissez de mettre le nom de DIEU en avant. C'était frustrant d'entendre les gens me dire que le rap est une musique du diable. Tout compte fait, ça m'a permis de me remettre en question " : Pourquoi je faisais du rap" ? Je comprenais leur appréhension, car le rap a mauvaise réputation. D'un autre côté, je savais que je faisais, ce que DIEU voulait que je fasse : j'étais à ma place.


Ne faites pas "pour paraître", "pour être comme un tel" ou "plaire à tel". Trouvez votre style et soyez patient. La reconnaissance peut prendre du temps. Ça peut aller vite comme ça peut prendre du temps. Un titre peut cartonner et le suivant pas. La patience permet de juger nos motivations. Si on fait ça pour être vu ou gagner très vite de l'argent, on va vite se décourager, abandonner ou saisir la main du diable. Je suis fier de là où j'en suis, mais je sais que j'ai encore beaucoup de chemin à faire.


** Le dernier livre que t'as lu ?

Le dernier livre était 500 Paroles de Sagesse du Pasteur Marcello J. Tunasi.


** Ton mot de fin ?

La meilleure manière de réussir c'est d'accomplir ce pour quoi DIEU nous a créés. La réussite n'est pas d'amasser de grosses sommes d'argent, mais comprendre le but de son existence afin de préparer son éternité.


Merci Aubin pour ta sincérité et ta disponibilité. Merci de faire ce que DIEU te demande de faire. C'est dans l'obéissance que nous devenons les instruments de DIEU pour bénir les autres. Il est celui qui fait les connexions et nous rapprochent des ami(e)s de notre destinée. Que le SEIGNEUR bénisse ton union avec Amandine et que votre couple aille de gloire en gloire.


** Kamusta = Bonjour en langue Tagalog (Philippines)

0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page